S'abonner à ce blog

Rencontre avec Hélène

Je rentre, je suis tellement bourrée que je saisis peu ce qui se passe, je demande à la pharmacienne un Steribox, elle semble gênée, et je ressors aussitôt. Manque le citron et la dose, encore 30 min de marche, la nuit qui tombe, un tour au Shopi, un tour chez D., l'argent, la came, en route vers le studio. La longue promenade m'a fait désaoûler un peu.

« Heroes » tourne en boucle dans mon petit 25m². Je m’assois sur le lit, j'ouvre le Stéri, scrute la seringue, jusque là j'ai toujours rechigné à aller faire mes prises de sang! Peur de l'aiguille. Cette fois ci pas le choix, et c'est moi l'infirmière. Je sors un DVD, écrase la came sur la pochette, prépare un petit rail. Je verse la poudre dans la Stéricup, une goutte de citron, un peu d'eau, je fais chauffer avec mon briquet, ça y est, tout est prêt. Je pompe le mélange dans la seringue, prépare un garrot avec ma ceinture, mes veines ressortent, elles sont encore comme neuves, j'ai l'embarras du choix! J'enfonce la fine aiguille, mon sang se mélange à l'H, j'appuie sur la seringue, l'H envahit mes veines, inonde mon cerveau, ça y est.
Putain de shoot, putain de flash, je m'écroule sur mon lit, le sourire jusqu'aux oreilles, émue jusqu'aux larmes, heureuse comme jamais, la seringue encore plantée aux bras, avec en B.O mon refrain préféré; tu l'as dit Bowie, on peut être des héros, juste pour un jour...

A partir de ce shoot, rien ne pourra plus être comme avant. J'ai rencontré ma meilleure amie, et jusqu'à ma mort je n'oublierais jamais cette rencontre. Malheureusement pour moi.
Là est le problème de tout junkie, il sait à quel point l'H le catapulte au dernier sous sol, mais il la connaît, il sait à quelle point elle est puissante, il sait qu'elle ne l'abandonnera jamais, elle, dans les pires moments, un shoot et plus rien n'existe autour de lui.
Quand j'ai arrêté l'Héro j'y ai laissé ma meilleure amie, dans les moments durs, je ne me suis jamais retrouvée aussi seule, et même la plus dévouée des amies ne pourrait apporter le soulagement et le réconfort que tu m'as apporté, toi, l'H. Je t'aime et je te déteste, mais tu portes si bien ton nom que je n'imagine plus la vie sans toi.



 sur http://tribulationsacontrecour [...] -blogs.fr/