S'abonner à ce blog
marilo94 » marilo94 » Ma fic 2 » Chapitre 7: Fais appel à l'Akuma!

Chapitre 7: Fais appel à l'Akuma!

default-18​00237dcc-2​1702652ae



Le soleil pointait enfin le bout de son nez et j'étais déjà devant les portes du camp, sac sur le dos, tenue décontractée mise. Je portais un pantalon noir moulant, ne génant en aucuns cas mes mouvements. Un débardeur blanc et une légère veste sans manches munie d'une capuche qui recouvrait le haut de mon corps. Je fus sur le point de partir quand, je vis tout ce petit monde venir me dire au revoir. Ma mère fut la première à se jeter dans mes bras. Des larmes coulaient librement sur ses joues:

« _ Maman ne t'inquiète pas, je reviendrais entière, je te le jure.
_ Je te fais confiance ma chérie mais je t'en conjure, prends garde! On ne sait pas encore de quoi est vraiment capable cet homme.
 _ Je ferais attention et ne le sous estimerai pas.
_ Tu as intéret!
_ Tu aurais pu mieux t'habiller quand même je t'avais préparé une tenue.
 _ Tu sais bien papa que le jaune est bien trop repérable lors d'une mission. Je me ferais remarquer à la première occasion.
 _ Dit tout de suite que mes créations ne sont pas à ton goût.

Il se tourna et fit celui qui boudait mais dans le simple but de cacher au mieux ses larmes. Je le pris dans mes bras.

_ Ne dis pas ça papa. Tes créations sont les meilleures qui m'ont été donnés de voir!
_ Je le sais. Qui pourrait me dépasser?
_ Personne!
_ Ma fille fait attention.
_ Ce n'est pas la première fois que je pars en mission.
_ Oui mais c'est la première fois que tu la fait seule!
_ Ne vous inquiétez pas si j'ai un probleme je saurais utiliser l'incroyable puissance de grand mère ainsi que ses techniques de médecine.
_ On parle de moi?
 
Sorti du groupe mon honorable grand mère.
 
 _Ma puce, tu vas devoir faire preuve de réflexion et d'intelligence pour t'en sortir. Cela sera ton test ultime. Si tu réussis cette mission je t'apprendrais à te régénérer entièrement.
 _ Mais je pensais que je n'étais pas prête!
 _ Oui mais tu le seras à ton retour.
 _ Je reviendrais! "

Un calin à tout le monde et je partis enfin sur la route. Je vis du haut des remparts, Minato le pouce brandit dans ma direction. Je le lui rendis avec plaisir et tournai la tête vers mon but.
 

 
Les semaines s'écoulèrent et mes pas me menèrent en France où les rumeurs me confirmaient le trouver là bas. A travers tout les pays que j'ai traversé, j'ai toujours sentis une masse importante de chakra, un chakra démoniaque, me rendant fébrile à chaque fois que je le ressentais. Des gens en Italie me dirent que pour le rencontrer il fallait aller tout en haut de cette tour appelé la tour Eiffel, de s'ouvrir le poignet pour faire tomber du sang et de l'appeler « Akuma ». C'était comme lorsqu'on passait un pacte avec un démon, lui donner de son sang pour faire appel à lui. Cela donnait froid dans le dos.

Je franchis enfin les portes de cette ville autre fois si magnifique. Ma mère m'avait montré des photos de celle-ci dans son temps et on ne pouvait pas la reconnaître sans la présence de ce monument architecturale. Je déambulai à travers ses rues et vis un nombre incalculable de personnes faisant la manche, réclamant ne serait-ce qu'une pièce pour vivre. Cette vision me révolta. Que faisait le gouverment face à cela?! Allait-il laisser ses habitants mourir de faim sous ses yeux?! Dans ma marche, je vis un bar ouvert où des dizaines de personnes coulaient leur malheur dans l'alcool. J'y entrai et m'assis au contoire demandant un verre d'alcool pour passer inapercu. J'interceptai une conversation qui m'interressa grandement:
 

« _ Je vais aller dans une heure réclamer son aide.
_ Tu sais très bien que ce n'est pas ça qui fera revenir ta femme et tes enfants du paradis.
_ Je le sais mais je veux que cet enflure meurt pour ce qu'il a fait!
_ Tu vas dépenser ton héritage dans la vengeance?
_ Parfaitement! A quoi d'autre pourrait me servir cet argent maintenant?
_ Tu pourrais aider les quelques associations qui essayent d'aider les personnes dans le besoin.
_ Je n'ai pas envie de voir des sourires mais plutôt le sang de cet enfoiré couler!


L'homme se leva précipitamment faisant tomber sa chaise.


_ David attends!
_ Non! Rentre chez toi, j'ai des choses à faire. »
 

L'autre baissa la tête et laissa ce fameux David partir. Il allait contacter ce démon, c'était ma chance! Avec discrètion je laissai de quoi payer ma boisson et partis le suivre telle une ombre suivant son propriétaire. Je vis enfin la tour et pus contempler sa beauté restante. Celle ci était légèrement bancale mais l'ascenceur qui nous menait en haut était toujours en état de marche. Tapis dans l'ombre, je le pris avec ce David qui préparait déjà son couteau. La montée fut longue et nous dûment gravir des escaliers pour arriver jusqu'en haut. Le vent était gelé et agressif. Je voyais combien il avait du mal à parvenir jusqu'au sommet et dus me retenir de l'aider sous peine de briser ma couverture.

Arrivé à destination, j'observai cet homme habité par le deséspoir profond de la perte de personnes chères. Je savais ce qu'il ressentait et vivais en ce moment la même situation que lui. Dans un espoir vain, je m'étais lançée dans une situation à proprement dit suicidaire. David prit le couteau et se le planta d'un coup sec dans le poignet, laissant le sang couler jusqu'au sol, et tomba à genou dans son propre sang tout en criant « Akuma »!! Le vent qui un instant était froid devint tout à coup brulant, étouffant même. Tel un cratère qui s'écrasait sur terre, nous vîmes une masse de feu se poser à une vitesse folle devant nous avec légèreté. On aurait même dit qu'elle volait. A travers les flammes nous pouvions voir une forme noir d'où en ressortait deux yeux rouge. Se tenait en face de moi un être ni humain ni démon. Un être totalement irréel. Avec surprise je l'entendis prendre la parole:
 

« _ Qui es tu? Et qui veux-tu que j'élimine?
 

L'homme tremblant répondis du mieux qu'il put.
 

_ Je suis David Vyllijo et je veux que tu élimines l'homme qui osa tuer ma femme et mes enfants alors qu'il cherchait à nous dépouiller!
_ Que me proposes-tu en échange?
_ Je te donne tout l'héritage que j'ai reçu de ma défunte tante!
_ A combien s'élève-t-il?
_ A 30 millions d'euros!
_ Sois content pauvre humain, je tuerai cet homme pour toi mais tout d'abord l'argent.
_ Oui bien sûr! Tenez ma carte banquaire! Tout y est dans ce compte!
_ Je l'espère bien sinon tu mourras dans d'atroce souffrance! »


Et comme il était arrivé, il partit dans le vent en boule de feu. Je vis ce malheureux se rouler dans son sang en rigolant. La folie l'avait gagné... Je regardai la flamme encore à porter de vu! Je concentrai mon chakra dans mes jambes et partit telle une flèche la suivre. Je sautai dans le vide sans peur, le vent me fouettant le corps. La sensation était grisante! J'attéris sur les toits et me mis à la suivre le mieux que je pus. Ce tueur allait à une vitesse impressionante et je vis le feu s'aténuer une fois dans la foret. C'était ma chance! Poussant mes limites à bout, j'augmentai ma vitesse pour arriver jusqu'à lui. Je perçevais de mieux en mieux son chakra et m'arrêtai soudainement en m'apercevant notre proximité. Il n'était qu'à quelques pas de moi et je m'en voulus d'avoir été si négligeante! J'étais forcément repéré! Je devais garder mon identité intacte. Je sortis de mon sac mon masque en forme de tête d'animal. Je n'eus que le temps de l'accrocher, que j'entendis des kunaïs venir dans ma direction. Je les évitai avec surprise et vis une forme noire s'approcher de moi. Il marchait d'une façon décontracté, me sous-estimant ouvertement. Je ne perdis pas mes moyens, je devais garder la tête sur les épaules et agir avec prudence! Sans savoir pourquoi, je le vis baisser sa capuche et je pus voir à quoi il ressemblait. Sans surprise, je revis ces cheveux noirs si soyeux, ce visage angélique, ces yeux rouges si particuliers, cet personne si chère à mes yeux. Itachi... Le revoir fit l'effet d'une bombe en moi. Il ne savait pas qui il avait devant lui et dévoilait son identité sans peur. La prétention n'était pas l'une des qualité que je lui souhaitais de gagner. Il fit un pas vers moi que je réctifai en en faisant un en arrière. Il était dangereux. Trop même...
 

« _ Qui es-tu?
_ Je ne crois pas devoir répondre à cette question.
_ Oh si puisque je te le demande.
_ Me le demander ne te donnera pas la réponse.
_ Certe. Et c'est pour ça que tu vas répondre par toi-même.
_ Les rêves ne sont pas toujours bon à prendre au sérieux.
_ Tu as de la réparti petit humain ou plutôt humaine.
_ Je constate que tu es autant humain que je ne le suis.
_ Ne crois pas ce que tes yeux te montrent.
_ Ne crois pas ce que ton cerveau te dit.
_ Que veux-tu dire?
_ Que je suis loin d'être si misérable que tu sembles le croire.
_ Je sens que tu me suis à la trace depuis des semaines maintenant. Quelle est ta mission?
_ Si tu as comprit que c'était une mission, tu peux aussi comprendre que je ne te le dirais sous aucuns prétextes.
_ Hum! La loi de l'école Konoha...
_ Je vois que tu n'es pas si inculte que tu le laisses croire.
_ Sache que j'en sais beaucoup plus que tu ne le crois ninja.
_ Sache que j'en sais beaucoup plus que tu ne le crois Akuma.


Son regard devint curieux. Il semblait s'amuser.


_ Oh! Et que sais-tu?
_ Ce que je sais ne te concerne pas. Tout ce que tu dois savoir c'est que tu es à ma merci!
_ Ahahahahahahahahahah!!!!!!!!!!​!!!!! Je n'ai jamais entendu une chose aussi drole!
_ Rigole si tu le veux mais...
_ Mais quoi?
 

Avec surprise cette phrase a été dite dans mon oreille. Il se tenait juste derrière moi. Je fis un bond pour mettre une distance respectable entre nous. Son sourire était celui d'un fou. Un enfant qui venait de trouver un nouveau jouet. A chaque pas en avant qu'il fit j'en fis deux en arrière. Son aura sadique m'empêchait de bien respirer. Je mis mes mains sur ma bouche et en sortis une boule d'air que je fis entourer toute ma tête. C'était une boule d'air qui allait me permettre de supporter cette aura. Je vis son sourire qu'agrandir en voyant mon geste.


_ Tu es une ninja médecin?
_ Mais tu n'es vraiment pas bête! J'aurai pensé le contraire pourtant venant d'un homme qui se prend pour dieu.
_ Mais je le suis.
 

Il venait de m'aggriper les épaules et me retourna d'un coup. Mon kunaï sortit, je tentai de lui assener un coup qu'il contra en me bloquant le poignet. Il huma mon parfum.


_ Même après des semaines de poursuites tu sens toujours bon. Tu dégage une odeur...de fleur de cerisier....


Ces yeux s'écarquillèrent un instant et je sentis ma capuche se faire baisser, laissant à l'air libre mes cheveux volant au gré du vent. Mon masque n'était pas encore tombé mais je savais que j'étais démasqué. Comment allais-je m'en sortir...?!