S'abonner à ce blog
love_foot » love_foot » hatem benarfa » la vit de ben arfa dans la catégori profféssional

la vit de ben arfa dans la catégori profféssional

benarfa-or​iginal   Hatem Ben Arfa est depuis son plus jeune âge estampillé grand espoir du football français. Pourtant, le prodige aura eu du mal à s'imposer au sein de l’Olympique Lyonnais, où son compagnon de promotion Karim Benzema lui a volé la vedette. Après avoir raté le train de l'Euro 2008, le natif de Clamart décide donc de rejoindre Marseille en quête de temps de jeu.

Talent précoce

Frêle (1m78 ; 65kg) mais vif comme l’éclair, sa technique de martien en a fait depuis sa plus tendre enfance un génie convoité de toutes parts. Vedette du programme de Canal + "A la Clairefontaine", qui suivait le parcours des apprentis footballeurs de l’INF Clairefontaine, Ben Arfa signe en 2002 à Lyon 100 000 euros, montant record pour un joueur de cet âge.

Débutant en Ligue 1 deux ans plus tard, le gaucher tarde à s’imposer. Pour preuve, il n'aura disputé que 64 matchs (et pas toujours comme titulaire) de chammpionnat en quatre saisons dans le groupe pro. En cause, une technique exceptionnelle rarement mise au service du collectif. Un individualisme qui a tendance à horripiler ses entraîneurs. Gérard Houllier et Alain Perrin ne lui accordèrent ainsi que peu de confiance, malgré des prestations encourageantes qui lui ouvrent les portes de l'équipe de France.

De l'équipe de France à l'OM

Comme un symbole, Hatem célèbre sa première sélection face aux Iles Féroé le 13 octobre 2007 alors qu'il n'est encore qu'un remplaçant à l'OL. Une cape qui poussera Perrin à le titulariser régulièrement jusqu'à la trève. Avant de le cantonner à nouveau à un rôle mineur dans la seconde partie de la saison 2007/2008.

Malgré le changement d'entraîneur qui se profile, Lyon accepte de laisser filer Ben Arfa à l'Olympique de Marseille en juillet 2008. Un transfert évalué à 12 millions d'euros qui ne se fera pas sans une petite mise en scène médiatique entre le président Jean-Michel Aulas et son homologue Pape Diouf, JMA évoquant la formation d'un "axe d'élite" entre les deux clubs pour expliquer pourquoi il brade un tel joueur à un club rival.