S'abonner à ce blog
liliann » liliann » NCIS » Their Love Affair

Their Love Affair

Their love affair
NCIS

Auteur : Lili J
Email : myangelsam@free.fr
Site web :  http://samara.site.voila.fr
Fanfics : n°40
Titre : Their Love Afair
Catégorie : NCIS
Rating : tout public.
Statut : Complet
Date : du 25/09/2005 au 4/10/2005
Saison : 2
Spoilers : aucun
Genre : guimauve, ship Tony/Kate
Résumé : L’évolution de leur histoire. Au fil des mois…
Disclamers : Pas a moi pas de sous, rien que du plaisir
Note de l’auteur : c’est ma deuxième fic sur NCIS alors merci d’être indulgent, j’espère qu’elle vous plaira en tout cas.
Je sais qu’elle n’est pas probable dans cette histoire, je ne me sers que de la saison 2 comme un départ, je ne tiendrais pas compte de la mort de Kate, je n’arrive pas encore à m’y faire.
Je sais que beaucoup son des Kibbs, mais bon chacun son ship après, si vous voulez la lire vous pouvez !!
Je serai ravie que cette fic soit publiée sur un autre site, mais merci de m’en informer par mail avant myangelsam@free.fr
Je m’excuse à nouveau pour les fautes, mais disons que je ne suis pas très amie avec l’orthographe, et que je n’ai pas de Béta lectrice(teur) alors je me débrouille comme je peux.
Dédicace :tout d’abord, je dédie cette histoire a Vanou je la remercie pour tout ce qu’elle m’a fait découvrir sur les ships, et pour son aide un peu sur les fics, et pour ses fics a elle aussi, un énorme bisous a elle. Je t’adore !!
A ma sœur Laetitia, parce que je sais qu’en lisant cette fic avec Tony, ca lui rappellera certaines choses, un gros bisou a toi soeurette !
A Betty, ma meilleure amie lle aussi cela lui rappellera des trips, et puis ça pourra t’aider pour ta fic guimauve sur Atlantis sait-on jamais^^
A mon angelsam préférée, que j’adore et a qui je fais de gros bisous
Et a ma Manounette pour ses encouragements. Et tu verras, il y a un petit clin d’œil a toi concernant ce que Kate et Tony vont avoir.
Et puis pour finir a Phoeb’s a qui je fais de gros bisous !
Bonne lecture
Samara
 

« Non Abby ! »
« Mais enfin pourquoi Kate ? »
« Parce qu’il s’agit de Tony… et que Tony… c’est Tony voilà tout ! »
« Ce n’est pas une raison ça. »
« Mais pourquoi je devrais accepter ? » demanda Kate.
« Je ne sais pas parce que tu en as envie ! » suggéra Abby.
« Qu’est-ce qui te dis que j’en ai envie ? »
« Bon et bien… regarde moi dans les yeux, et dis moi franchement que tu ne ressens rien pour lui. »
kate détourna les yeux. Abby l’avait bien eu sur ce coup là, elle ne l’avait pas prévu ! Mais pourquoi ne pouvai-t-elle pas dire à Abby que Dinozzo était juste un ami ?
peut être parce que ce n’était pas le cas. Enfin en tout cas de son point de vue. Et peut-être pas pour lui non plus, car il lui avait proposer.. et qu’elle n’avait pas dit non immédiatement.
« Mais j’ai peur que si j’accepte, il soit fier de lui et l’expose a tout le monde. » déclara Kate.
« C’est un risque a prendre non ? »
Décidément, Abby savait toucher là où ça faisait mal. Elle avait touché un point sensible. Elle avait raison, et Kate se résigna a cette idée. Si elle voulait avoir une chance d’être avec Tony…
Cela faisait un moment qu’elle savait qu’elle éprouvait quelque chose pour lui. Et selon Abby, la force de leur relation conflictuelle était même que celle de leurs sentiments l’un envers l’autre, et elle avait sûrement raison.
Oui sûrement.
« Bon je crois que tu as raison. Je vais accepter ce dîner avec lui. »
« Passe une bonne soirée Kate. »
kate leva les yeux au ciel, et se dirigea vers son bureau.
 
La réaction qu’avait eu Tony lorsqu’elle lui avait dit oui l’avait surprise. Elle pensait qu’il allait sauter de joie, ou faire une remarque débile comme il savait le faire. Il lui avait juste répondit qu’ils iraient demain soir, dans un restaurant qu’elle ne connaissait pas et qu’il passerait la prendre a dix neuf heures.
Mais ce qui l’avait le plus marquée, c’est le fait qu’il la remercie ;
A présent, elle était dans son lit. La journée avait « té dure, mais ils avaient quand même réussi à coincer le meurtrier de deux capitaines dans un sous marins.
Et a résent, elle pensait à sa soirée du lendemain, ce qu’elle allait porter, comment se passerait sa soirée… elle angoissait, ne sachant pas vraiment pourquoi. Elle espérait que tou se passerait bien, mais il n’y avait pas de raison.
La réaction de Tony l’avait étonnée, enfin de compte, peut être l’avait-elle sous estimé, peut être qu’il n’était pas tout le temps ce matcho idiot qu’elle connaissait…
Et peut être était-ce le côté de sa personnalité qui l’attirait..
Des tas de scénarii passèrent dans sa tête, les meilleurs comme le spires..
Et c’est avec l’un des meilleurs qu’elle s’endormit, le sourire aux lèvres…

La journée avait été longue, Tony ne s’était pas comporté de manières différentes. Il charriait McGuy obéissait a Gibbs sous peur d’une claque… mais si il y avait bien quelque chose de différent. Il avait moins charrier Kate que d’habitude, peut être était-ce pour mieux le faire lors de leur dîner… ou alors il avait changé a son égard après sa réponse positive a sa demande, ça pouvait être ça.
Bien que la journée lui paraissait durer une éternité, elle fut surprise qu’en regardant l’heure de trouver six heures et quart.
Gibbs leurs dit qu’étant donné qu’il n’y avait pas d’affaires en cours, ils pouvaient partir en week end plus tôt.
Alors, Kate était rentrée chez elle pour se préparer. Elle avait longtemps hésité. C’était son premier rendez vous avec Tony et elle voulait être présentable.
Elle choisit ses vêtements, puis prit une douche.
Vers dix neuf heures, elle finissait de se maquiller alors qu’on sonna a la porte.
Elle se précipita après avoir jeter son rouge a lèvres dans le lavabo – elle rangerait plus tard – vers la porte d’entrée..
*******
tony était devant la porte de l’appartement de Kate. Lorsque celle-ci ouvrit la porte, il fut cloué sur place.
Elle portait une robe noire à fines bretelles moulant sa silhouette. La robe lui arrivait aux pieds, et était fendue jusqu’au genou du côté gauche. Ses cheveux bruns étaient relâchés, retombant sur ses épaules, et elle portait une parure en arganet d’un collier, de deux bracelets et d’une paire de boucles d’oreille pendantes.
Elle était juste légèrement maquillé.
Tony lui sourit et lui tendit le bouquet de fleurs qu’il avait dans les mains.
« Merci » lui dit Kate en les prenant.
« Tu es… waou. »
« Waou ? » répéta Kate en fronçant un sourcil.
« Tu es ravissante. »
« Merci Tony. »
« On y va » demanda le jeune homme.
« On y va. »
elle prit son sac et ferma son appartement a clefs, puis, ils prirent la voiture de Tony pour se dirigr vers le restaurant.
 

Décidément, Tony ne cesserait jamais de l’étonner. Le restaurant qu’il avait choisi, était parfait. Un restaurant en centre ville, avec des tables de deux, ou de quatre, éclairées par une ou deux bougies rouges posées sur elles. La lumière était tanisée, et l’ambiance romantique.
C’était un restaurant très cliché, mas il plaisait a Kate et Tony en fut heureux.
Ils commandèrent un apéritif et leur repas, puis commencèrent à parler.
« Cet endroit est superbe. » indiqua Kate .
« Je suis heureux qu’il te plaise. » lui dit Tony. « Alors agent Todd, si on parlait un peu de vous ? »
« De moi ? »
« Oui, ça fait un an que l’on travaille ensemble, mais je ne sais pas grand chose sur ta vie privée. » lui répondit Tony.
« ON fait un marché je te raconte out, et tu le fais a ton tour. » lui proposa Kate.
« C’était l’idée de base. » répondit Tony en souriant. « Alors, où as tu grandit ? »
« Prés de New York, j’y suis née d’ailleurs. » répondit la jeune femme. « Et toi ? »
« l’Ohaïo. »  répondit Tony. « Des frères et sœurs ? »
« Une grande sœur et un petit frère. »
« Moi un grand frère. »
« et… a part les filles et le foot ball, tu aimes autres choses ? »
« Hey ! » s’exclama Tony.
« Désolée » s’excusa Kate sincèrement.
« J’adore le cinéma aussi, je regarde beaucoup de vieux films, surtout des westerns ou des films d’action, je sais, c’est classique mais… »
« C’est bien, tu pourras me faire découvrir. »
« Mais avec plaisir. » répondit Dinozzo un sourire malicieux sur le visage.
Kate répondit a son sourire par un autre. Elle se sentait vraiment bien avec lui. Mieux qu’elle ne l’aurait cru. Ils étaient décontractés, et parlaient a cœur ouvert… c’était vraiment le genre de rendez vous qu’elle aimait bien.
Et le fait que ça soit avec Tony le rendait presque parfait…
 
Ils sortirent de l’ascenseur. Il avait tenu à la raccompagner jusqu'à la porte de son appartement. Il la tenait par la main, c’était un geste naturel à présent .
Ils s’arrêtèrent devant sa porte.
« J’ai passé une très bonne soirée, vraiment. » lui indiqua Kate.
« Oui moi aussi, c’était vraiment super, j’avais… vraiment envie de faire ça depuis longtemps tu sais. »
Kate le regarda, avait il bien avoué, par une phrase dérivé certes mais, le fait qu’il ressentait quelque chose pour ele depuis pas mal de temps ?
« Oui moi aussi. » répondit-elle sincèrement.
A nouveaux, son regard chocolat croisa le regard bleu de Tony. La soirée n’avait pas été qu’une occasion de mieux se connaître et de passer un agréable moment tous les deux… il y avait aussi eu des regards, des sourires et des sous entendu de ce genre.
« Bon et bien…  je vais te dire bone nuit. » lui dit Tony.
« Oui, il le faut »
tony lui sourit. Il avait vraiment envie de l’embrasser, mais ne savait pas ce qu’il devait faire.
Kate se rapprocha de lui, apparemment, elle l’invitait a le faire. Alors, il s’approcha a son tour et déposa un baiser sur ces lèvres.
Une fois terminé Kate lui sourit, gardant encore cette sensation unique et délicieuse.
Puis, Tony lui dit :
« A lundi matin. »
il était sur le point de reprendre l’ascenseur lorsque Kate lui dit :
« Je ne pourrais pas te revoir avant ? »
tony se retourna vers elle.
« Peut être bien que si, ça sera la surprise. »
Kate lui sourit, puis il partit. Elle resta quelques instants sur le pas de sa porte. Ne voulant pas entrer, ayant peur qu’une fois passer le seuil elle ne se réveille et réalise qu’il s’agissait d’un mauvais rêve.
Elle avait passé un si bon moment qu’elle ne voulait pas se réveiler et prendre le risque de tout perdre. Mais elle ne pouvait pas passer la nuit là. Alors elle prit ses clefs et entra dans son appartement.

Elle sortait de la douche le  lendemain lorsqu »on sonna à la porte. Elle se précipita pour ouvrir. Elle déverrouilla le loquet du haut avant d’ouvrir la porte.
Elle fut agréablement surprise de trouver sur le seuil : Tony, le sourire aux lèvres, une poche en papier a la main.
« Je t’avais dit qu’on se reverrait dans le week end. »
Kate sourit. Oui, il lui avait dit mais jamais elle n’aurait cru que ça serait si rapidement, ce qui n’était pas pour lui déplaire.
Elle lui sourit encore une fois et lui fit signe d’entrer. Une fois qu’elle eut fermé la porte, Tony posa sa poche sur une table et lui demanda :
« Je peux ? »
Kate ne vit pas où il voulait en venir. Mais quand il s’approcha d’elle et pencha son visage vers le sien, elle sut tout de suite où il voulait en venir.
Leurs lèvres se rencontrèrent et ils échangèrent un baiser tendre, juste pour se dire bonjour.
D’ailleurs Kate aimait beaucoup cette nouvelle façon de se dire bonjour, beaucoup plaisante que celle dont ils avaient l’usage habituellement.
Leur baiser terminé, Kate s’éloigna un peu de lui et lui demanda :
« Il y a quoi dans ta poche ? »
« Le petit déjeuner. » répondit Tony.
« Ca tombe bien, je n’en ai pas encore pris. » l’informa Kate.
« Oui ça tombe trés bien… »

Ils prirent  leur petit déjeuner. Puis, Kate alla s’habiller. Ils s’assirent à la table du salon, et Kate lui montra des vieux albums photos. Tony lui jura qu’il ferait pareil quand elle viendrait chez lui.
Kate était vraiment bien. Toutes ses questions s’étaient envolées. Ils avaient commencé une histoire plus intime, leur relation avait évolué, et cela ne gênait aucuns des deux agents spéciaux.
Tony aussi était heureux. Dans un premier temps, il avait eu peur de sa réponse quand il lui avait demandé de dîner avec lui, même si elle avait mis du temps a répondre, ce qu’il avait parfaitement compris, elle était venue lui répondre oui, et c’est là que tout avait changé.
La soirée de la veille avait été géniale, et cette journée promettait d’être mieux encore.
Ils étaient à cet instant en train de regarder des photos lorsque Kate avait dix ans. Elle lui montra une photo où on la voyait déguisée en fée, avec une baguette magique à la main, entourée d’une petite abeille, son petit frère ayant trois ans de mois qu’elle et sa grande sœur de deux ans de plus déguisée en sorcière.
« Cétait un Hallowenn » expliqua Kate a Tony. « Jim Sara et moi, on s’était déguisés tous les trois, et on était allé cherchait des bonbons dans les maisons des autres. »
alors qu’elle lui racontait cette histoire, Tony avait pris la main de Kate et lui caressait doucement, la jeune femme avait entrelacé ses doigts avec les siens.
« IL était mignon ton costume de fée, j’aime beaucoup les mèches roses dans les cheveux. »
« Oui, je me souviens que c’est Sara qui me les avait faites. On en avait mis partout dans la salle de bain, on était parties sans nettoyer et ma mère avait vraiment piqué une de ses crises !! »
« Il faut la comprendre. »
« Oui c’est vrai qu’on lui en faisait voir de toutes les couleurs.é avoua Kate en souriant.
« Je ne connaissais pas ce côté là de ta personnalité. »
« Il te restes beaucoup de choses a apprendre sur moi » lui dit la jeune femme avec une voix de défi.
« C’est pour cela que je suis là » répondit Dinozzo d’une voix malicieuse.
Elle lui sourit. Puis, il approcha son visage du sien, et ils échangèrent un nouveau baiser.
Mais celui-ci devint plus passionné, et bientôt, leurs mains se joignirent a ce début d’étreinte.
Ils se levèrent touts les deux, omme d’un commun accord. Puis, Tony attira Kate contre lui. Leurs mains s’égarèrent sur le corps de l’autre. Plus le temps passait, plus leur baiser et leur étreinte étaient passionnés.
Puis, Kate invita Tony a venir dans sa chambre.
 
Une heure plus tard, ils étaient dans les bras l’un de l’autre. Kate s’était endormi, et Tony la regarder faire. Ils venaient de passer un moment génial, et lui ne regrettait absolument rien.
Et puis en fin de compte pourquoi aurait-il regretter quelque chose ?Il était a présent avec Kate, ce qu’il espérait depuis quelques mois déjà et ils étaient bien ensemble…
C’est alors que la jeune femme bougea entre ses bras. Il baissa le regard vers elle, elle se réveillait doucement.
Elle ouvrit les yeux et leva le visage vers lui.  Tony lui sourit. Puis il déposa un rapide baiser sur ces lèvres.
« Ca va ? » demanda Tony.
« Oui, merci, c’était suprer, tu n’as pas  trouvé ? »
« Si parfait. » répondit le jeune homme en souriant.
Kate ria. Puis elle se blottit a nouveau contre lui. Au bout d’un moment, Tony brisa le silence qui s’était installé :
« Si Gibbs le sait, on est mal. »
« Pourquoi dis tu cela ? » demanda Kate surprise par sa remarque.
« Parce que Gibbs désapprouve totalement les relations entre agents. » réépondit le jeune homme.
« Et tu crois que nous on pourras lui résister ? Je veux dire que notre couple tiendra  le cap face à lui ? »
« J’en suis sûr. » répondit  Tony. »
kate lui sourit. Elle aussi était confiante et puis elle savait que McGuy et Abby les soutiendraient. Ducky, elle ne savait pas mais peut être bien que oui en fin de compte.
 
 
Ils avaient décidés de venir chacun de leur côté pour revenir au travail le lundi matin. Ils avaient passé le week end ensemble. Et cela avait été un excellant week end, ils se connaissaient a présent mieux et étaient sûrs de se qu’ils ressentaient pour l’autre, et c’était bien ça le principal. Mais maintenant, ils devaient reprendre leur place au NCIS. Allaient devoir se charrier, sinon Gibbs remarquerait quelque chose. Ils
Etonemment se fut Dinozzo qui arriva le premier, en avance même. Lorsqu’il le vit poser son sac sur son bureau, Gibbs qui lisait un rapport d’interrogatoire en buvant un gobelet de café,  il  leva les yeux vers lui surpris.
« Dinozzo ? »
« Bonjour Gibbs, tu as passé un bon week end ? » demanda Tony en allumant son ordinateur.
« Qu’est-ce que tu fais là ? »
« Je suis venu travailler, ça tombe sous le sens non ? »
« Je voulais dire à cette heure la, tu es en avance. » répondit Gibbs.
« Il y a une première fois à tout. »
« Tu as vu une fille ce week end c’est ça ?’
Tony se redressa et regardant Gibbs. Non il ne pouvait pas savoir que lui et Kate avaient passé le xeek end ensemble… comment ? Vite il fallait qu’il réponde sinon Gibbs allait se douter de quelque chose.
« Tu as deviné. C’était vraiment génial, je crois bien que je suis amoureux. »
« Encore ? » ironisa Gibbs.
« Cette fois c’est très sérieux Gibbs. »
c’est a cet instant que Kate arriva. Elle jeta un regard discret a Tony, il lui sourit.
« Kate ? Mais bon sang vous êtes tous en avance ! »
« Je te rappelle Gibbs que Kate est rarement en retard. »
« Oui c’est vrai… alors toi aussi tu as passé un bon week end Kate ? »
« Et bien puisque c’est la première fois que tu me poses la question, je vais te répondre franchement, c’était le meilleur week end de toute ma vie. »
a cette remarque, Tony leva les yeux vers elle. Elle lui sourit discrètement.
« J’ai rencontré un homme » continua Kate. « Et si tu veux tout savoir je suis trés amoureuse de lui. »
Tony avait rebaissé les yeux sur son clavier d’ordinateur, mais il souriait a la remarque de Kate. Oh oui lui aussi il était amoureux…
« Tiens alors ça c’est drôle ! » s’exclama Gibbs.  « Dinozzo  aussi a passé un super week end avec une femme et il pense être lui aussi fou amoureux. »
kate tourna la tête vers Tony. Ce dernier releva la tête et soutint son regard. La jeune femme détourna les yeux au bout d’un moment
 
 
Trois semaines étaient passées  depuis que Kate et Tony étaient ensemble. Ils avaient décidé d’en parler a Abby, McGuy et Ducky. Ce dernier avait dit ne pas être surpris, et leurs avait même demandé pourquoi ils ne l’avaient pas fait plus tard.
Seul Gibbs n’était pas au courant, mais ils voulaient attendre encore avant de leur dire.
C’était un jeudi matin. Tony et Gibbs était partis sur le terrain. Et McHuy a sa visite médicale. C’était la routine, tous les trois mois, ils avaient un examen complet. Kate avait passé le sien quelqes jours auparavant.
A cet instant, elle recherchait des informations sur un Lieutenant qui avait un rapport avec l’affaire qu’ils étaient en train de résoudre.
Elle pensait a sa relation avec Tony. C’est vrai que cela avait vite évoluer entre eux. Ils ne passaient plus une nuit sans l’autre, vivant ensemble 24h/24 ils ne vivaient pas ensemble encore mais cela ne serait tarder.
Kate avait un peu peur car cela allait beaucoup trop vite. Mais elle était heureuse, et pour elle, c’est ce qui comptait, peu imorte du moment qu’elle pouvait être avec Tony…
Elle se reconcentra ses recherches.
C’est alors qu’une voix l’appela :
« Agent Todd ? »
ele leva les yeux et vit une jeune femme d’environ trente cinq ans  des cheveux chatains et des yeux marrons.
« Docteur Frasier, bonjour. » (comment ça vous y voyez une référence ?)
« Vous avez quelques minutes a m’accorder ? » demanda la médecin.
« Bien sûr, asseyez vous. » lui dit Kate en désignant la chaise en face d’elle.
Le docteur Frasier s’assit et posa un dossier sur le bureau de Kate.
« J’ai les résultats de vos analyses. »
« Tout va bien ? » demanda Kate soudain inquiète.
« Vous êtes en parfaite santé, ne vous inquiétez pas. » la rassura Frasier.
Kate poussa un soupir de soulagement<<<<< ;
« Mais il y a tout de même quelque chose dans vos prises de sang. »
kate lève les  yeux vers la doctoresse.  Ses prises de sang ?  Ca ne pouvait pas… non ça ne…
« Qu’avez vous trouvé ? » demanda Kate inquiète.
« Agent Todd… vous êtes enceinte. »
oh non.. Elle regarda le docteur, ayant l’impression d’acoie mal entendu. Mais elle savait qu’elle avait très bien entendu…
Trop de questions se bousculaient dans sa tête à ce moment précis. Elle savait que ça allait vite entre Tony et elle mais de là… de là à avoir un bébé ;;;
Elle remercia le Docteur Fraisier qui la laissa seule lui donnant tous les résultats. Elle regarda le dossier u long moment avant de se décider à l’ouvrir et à regarder ce qu’il contenait.
Elle avait peur de toutes les choses qu’entraînaient l’annonce de cette nouvelle. Cela faisait trois semaines et demies qu’elle était avec Tony. C’était trop tôt. Mais en fin de compte, elle l’aimait depuis longtemps, et était sûre qu’elle pourrait élever cet enfant.
La question de son travail s’imposa alors dans son esprit. Impossible de travailler au NCIS avec un enfant a charge… Mais d’un autre côté, la question de sa maternité était présente dans son esprit depuis pas mal de temps. Il serait bientôt trop tard pour qu’elle gasse un enfant. Pas que son corps ne le pourrait plus, mais elle ne voulait pas devenir ère a 40 ans…
Elle devait en parler avec Tony, c’était le seul moyen de décider vraiment… Elle ne sait pas si elle aurait le courage dés qu’il rentrerait mais elle le lui dirait, d’une manière où d’une autre.
 

Ils étaient tous les deux dans un super marché faisant les course une semaine plus tard. Ils avaient leur week end de libre après avoir résolu une affaire difficile et éprouvante pour  tous.
Tony étaat allé chercher un DVD alors que Kate se baladait dans les rayons ; voilà cinq semaines qu’ils étaient ensemble. Gibbs ne le savait toujours pas, et Kate n’avait pas eu le temps ni le courage d’avouer sa grossesse a Tony, voilà pourquoi elle voulait le faire par un biais intermédiaire et non directement.
Elle se baladait dans un rayons avec des vêtements et des accessoires pour bébé. Elle regardait tout cela. Elle avait eu quand même le temps de réfléchir à cette question. Elle voulait ce bébé, c’était a présent certain dans son esprit. Mais voilà elle n’était pas toute seule dans cette affaire. Si Tony n’y votait pas d’objection, ils deviendraient parents.
Elle regardait des pyjamas pour bébé alors que Tony arriva.
« Non mis regarde ce truc là » dit-il en montrant un objet, un jouet, a Kate. « Ils ne savent plus quoi inventer ! Tu imagines, ce truc est un robot qui reconnaît ta voix, et en plus il danse, ils vendent ce truc une petite fortune je peux te l’assurer. »
« Oh mais je te crois. » lui assura Kate en souriant.
C’est alors que Tony regarda autour d’eux.
« Euh Katy, qu’est-cr qu’on fait dans ce rayon ? Tu as te tromper de rayon. »
« Non »
« Mais il n’y a que des trucs pour bé… » commença-t-il.
Il s’interrompit la bouche encore ouverte. Il regarda Kate avec un air ahuri sur le visage.
« Attends, ne me dis pas que tu… enfin que nous… »
« Si Tony, je… suis enceinte. »
tony la regarda, il ne semblait pas y croire
le cœur de Kate se serra. Elle avait peur de sa réaction. Et apparemment, il ne semblait pas bien le prendre.
« Tu plaisantes ? »
« Non »
« Depuis… combien de temp tu le sais ? »
« Une semaine, je n’ai pas eu le courage de te le dire avant.. je ne le réalisais pas moi même. »
« Mais… c’est torp tôt. »
« Oui, je sais. »
« Ecoute.. il faut que je.. laisse moi un peu de temps d’accord ? »
puis, il s’éloigna. Kate resta là, sckotchée sur place, ne savant pas vraiment si elle devait rire ou pleurer.
Elle décida alors de laisser du temps a Tony, cela était compréhensible.
Alors elle décida de rentrer chez elle en métro, ce qu’elle fit.
 

Ses samedis, elle les passait soit au travail soit avec Tony, mais là ces deux options étaient excluses. Elle passait peu de samedis soirs chez elle, toute seule, ça la déprimait.
Et ce soir là, c’était le cas. Cela  faisait a peine quelques heures qu’elle avait annoncé a Tony qu’elle attendait un bébé. Elle avait pourtant prévu cette réaction, mais cela ne suffisait pas, elle n’arrivait pas à s’y faire.
Peut être n’aurait elle pas du lui dire, et… décider seule de ne pas avoir ce bébé.
Mais là ça n’allait pas pour deux raisons bien évidentes.
Premièrement, il était exclus qu’elle n’en parle pas à Tony.
Et deuxièmement, elle voulait ce bébé, c’était à présent sûr dans sa tête.
Elle était devant là télé, peu convaincue par le programme diffusé. Elle voulait appeler Tony, mais elle savait qu’il fallait qu’elle lui laisse le temps.

Plus tard dans la soirée, on sonna a la porte. Kate qui était toujours sur le canapé se leva.
Elle alla ouvrir la porte. Sur le seuil, se trouvait Tony.
« Salut » lui dit il.
« Salut. »
« Je peux entrer ? »
« Oui bien sûr. » répondit Kate.
Elle le laissa entrer et referma la porte derrière lui.
Ils allèrent s’asseoir sur le canapé. Puis, Tony – au bout de quelques secondes – brisa le silence pesant qui s’était installé.
« Je suis désolé pour ma réaction de tout à l’heure. »
« Ne le sois pas, je te comprends parfaitement, c’est vrai… que c’est   une sacrée nouvelle. » lui répondit Kate.
« Oui, c’est vrai. Depuis combien de temps es-tu enceinte ? »
« Et bien… » elle réfléchit un moment. « Quatre semaines. »
« Donc ça c’est fait… »
« Lors de notre première semaine ensemble. Je suis désolée, c’est ma faute, je ne sais pas, j’ai du oublier de la prendre un matin et… »
« Tu es désolée de quoi ? De porter un enfant ? »
« Il va nous poser pas mal de problèmes Tony, enfin si on le garde. »
« Tu le veux ? »
Kate le regarda. Que devait elle répondre ? Être franche avec lui ?
« Bah oui, c’est quand même toi qui le porte. »
« Oui, je crois que même si l’on est pas ensemble depuis longtemps, que c’est de la folie et que c’est beaucoup trop tôt… je le veux. La question maintenant, c’es est-ce que toi tu sens prés ? »
« Tu m’aurais demandé il y a deux mois si je voulais un enfant , je t’aurai sûrement répondu non, mais entre temps, je t’ai rencontré… et je crois qu’on peut y arriver. »
« Alors c’est décidé ? » demanda Kate.
« Oui, on va devenir parents. » certifia Tony.
Il la serra dans ses bras, là où elle se sentait le plus en sécurité au monde.
Oui, ils y arriveraient, cela ne faisait aucun doute.

C’était le jeudi de la semaine suivante. Ils ne l’avaient pas encore dit aux autres, ils voulaient peut être attendre… ils avaient encore trois mois avant que le ventre de Kate ne commence vraiment à grossir.
A cet instant, Tony, Kate Gibbs et McHuy étaient chacun a leur bureau, travaillant, vaquant à leurs occupations principales.
Gibbs regardait Kate depuis quelques secondes. Il ne lui trouvait pas bonne mine, elle était pâle avait l’air fatiguée.
C’est alors qu’il la vit faiblir. Il se leva.
« Kate, ca va ? » demanda-t-il.
Tony réagit immédiatement et se leva lui aussi.
« Que se passe-t-il ? » demanda Dinozzo inquiet.
« Je ne sais pas, elle n’a pas l’air d’aller bien. »
« Ca va. »  leurs assura Kate.
Elle mit sa tête dans ses mains. Cela faisait quelques jours que Gibbs avait remarqué que Kate n’allait pas bien, elle n’avait pas vraiment la forme, et montrait mon d’entrein qu’avant dans ses enquêtes.
« Qu’est-ce que tu as Kate ? » demanda Gibbs. « Ca fait  plusieurs jours que ca ne va pas, je l’ai bien remarqué. »
« C’est rien je t’assure. »
« Kate, ne me mens pas s’il te plaît. »
Kate soupira, elle était coincée. Elle devait lui dire. Elle ne pourrait pas lui cacher plus longtemps de toutes façons… elle avait peur de sa réaction.
Elle regarda Tony, il la fixa mais ne dit rie.
« Je suis enceinte. »
gibbs ouvrit de grands yeux. Elle avit bien dit que…. ?
« Tu es enceinte ? »
« Oui Gibbs. »
« Oh. Et sans indiscrétions, qui est le père ? »
Kate et Tony se regardèrent. Là c’était déjà plus dur a révéler à Gibbs. Cela faisait six semaines qu’elle était avec Tony, et Gibbs n’était toujours pas au courrant.
Kate baissa les yeux, elle n’avait pas le courage de répondre à Gibbs. Tony le remarqua. Alors il s’approcha de Kate et dit a Gibbs :
« C’est moi. »
« Je te demande pardon ? »
il avait dit ça avec un ton interrogatif et froid. Il fixait Kate, puis Tony. Ses yeux n’arrêtaient pas de faire des allés retour entre ses deux subordonnés.
« Tu as bien entendu Gibbs, je suis le père du Bébé de Kate. »
« Mais comment… cela est-ce arrivé ? »
« Tu ne sais pas comment on fait les bébés ? » demanda ironiquement Dinozzo.
« Tu crois que c’est le moment de plaisanter Dinozzo ? » demanda froidement Gibbs.
« Nous sommes ensemble Gibbs. » lui indiqua Kate
« Depuis combien de temps ? »
Il était en colère. Ils s’en voulaient, avaient peur… mais ils seraient forts, ils le savaient.
« Six semaines. »
« Six semaines ? Et tu es déjà enceinte ? »
« Oui, c’était un accident. »
« Un accident ? » demanda Gibbs ironique. « De combien de temps es tu enceinte ? »
« Un mois. » répondit Kate en regardant Tony.
Ce dernier posa deux mains sur les épaules de la jeune femme, comme pour lui montrer qu’il était là, et qu’il la soutenait.
« Pourquoi ne m’avoir rien dit ? » les interrogea Gibbs avec un regard froid et mauvais.
« Parce qu’on savait que tu serais contre que tu étais contre les relations entre agents. » répondit Kate.
« En effet. » leurs assura Gibbs.
« Et on ne voulait pas prendre le risque de ne pas pouvoir être heureux. » ajouta Tony.
Ibbs le toisa. Il les regarda tous les deux.
Il comprit a cet instant, que quel que soit ses actes ou ses menaces. Que rien ne de se qu’il pourrait faire ou dire ne pourrait les séparer.
Et ils étaient ses amis avant tout. Il devait accepter leur couple, et leur bébé. Et être ravi de leur bonheur.
Mais pourtant, il ne pouvait pas ‘empêcher de leu en vouloir. Parce quils lui avaient menti, et qu’ils lui avaient caché leur histoire. C’était en fait plus pour ça qu’il était en colère que pour le fait qu’ils soient ensemble.
Gibbs baissa les yeux. Non il ne pouvait rien faire contre ça.
Et ne tenterait rien.
 
C’était fin Novembre. Kate « tait enceinte de bientôt trois mois. Ils avaient décidés de se marier. Car dans les principes de Kate, cela était normal. Et Tony n’y voyait pas d’inconvénients. .
L’hiver était déjà là. Ils étaient dans le Nord du pays, et ils parlaient déjà des première chutes de neige, le mois de Décembre débutait deux jours après.
C’était donc un samedi soir, le 29  Novembre. Ils avaient décidés tous les deux d’un commun accord d »inviter toute leur famille pour célébrer leurs fiançailles.
Il y avait donc : bine évidemment : Gibbs, McGuy, Ducky et Abby mais aussi Gérald, qui allait beaucoup mieux depuis quelques semaines. Puis, les parents de Tony, son grand frère et la femme de ce dernier. Les parents de Kate, sa grande sœur et son petit frère. Et des amis de chacuns des deux futurs mariés.
Ils faisaient ça dans la maison de campagne des parents de Kate dans la campagne de l’état de New York. Dans leur appartement en centre ville de Washington, cela n’aurait pas été possible.
Il y avait environ une trentaine de personnes qui parlaient. Les parents de Tony arrivèrent a cet instant, ce fut leur fils qui ouvrit la porte. Il fut content de les revoir. C’est alors que le père de Tony dit a son fils :
« Alors  présente nous cette femme que tu dis être fantastique. »
« Je dis ça peut être parce que c’est la futur mère de mon bébé. » hasarda Tony en souriant. « Je vais vous la présenter. « 
il amena ses parents au salon. Puis il leurs dit d’attendre et alla chercher Kate qui parlait avec Abby et McGuy.
« Katie.. mes parents voudraient te voir. »
« Oh et bien… j’arrive. » répondit la jeune femme.
Tony la prit pas la main et la mena a ses parents.
‘ »Papa, Maman, je vous présente Kate, kate voici mes parents : Maria et Juan Dinozzo. »
« Ravie de faire votre connaissance. » dit Kate.
« De même » dit le père de Tony avec un air enjoué.
Il avait l’air aussi plaisantin que son fils et débordait d’une joie de vivre contagieuse, car il avait fait sourire Kate.
Cette dernière allait mieux depuis ses derniers mois, les nausées ayant disparus.
La soirée continua dans la bonne humeur et les discussion enjouées.
 
Un peu plus tard dans la soirée toute l’équipe du NCIS parlait entre elle, des témoins pour le mariage.
« Qui as-tu choisi Kate ? » demanda Tony.
« Abby et Ducky. « 
« Ca tombe bien vu que j’avais choisi Gibbs et McGuy. »
« Moi ? » demanda l’intéressé.
« Bah oui toi le bleu. »
« Quand arrêteras tu de l’appeler comme ça ? » demanda Kate en riant.
« Quand ça fera un an qu’il est au NCIS. »
« Aller, plus que quatre mois McGuy » l’encouragea Abby en souriant.
 
C’était quelques mois plus tard, un jour de janvier. Il neigeait, et Kate et Tony avaient eu la mauvaise idée de ce marier se jour là.
C’était le 5 Janvier (tiens, mais c’est l’anniversaire de Doudou…)  et l’hiver était bel et bien présent.
Dans une église où tout le monde était frigorifié, Tony et Kate étaient en train d’échanger leurs consentements. Par un seul mot, ils se lièrent pour l’éternité, et Catlin Todd devient Mme Catlin Dinozzo, pour son plus grand bonheur.
 
Dans une salle des fêtes, quelques heures plus tar,d il faisait bien plus chaud. Tout le monde était assis selon les plans de table que nos deux jeunes mariés avaient eu bien du mal à faire.
Le repas était déjà bien entamé. Et tout le monde passait une bonne soirée. Kate était vraiment heureuse que tout se passe bien, et avait été contrariée de ne pas pouvoir boire le champagne avec les autres, mais elle devait bien avouer que ce n’était pas un grand manque non plus.
C’est alors que le micro raisonna, et que quatre personnes montèrent sur la scène : les quatre témoins des mariés.
Se fut Gibbs qui parla en premier :
« Nous voudrions lever un toast a Mr et Mme Dinozzo. Je voudrais dire un truc personnel comme mes trois amis. Au début, lorsque j’ai appris l’histoire de Tony et Kate, je leur en ai voulu. Je savais que quoi que je dise, quoi que je fasse, cela ne pourrait pas les séparer. Il est vrai que les relations entre agents ne marchent pas souvent, mais comme on dit, il y a toujours une exception a la règle, une histoire qui marche et qui tient le coup. Et j’espère que eux deux seront cette histoire. « 
il fut applaudit par l’assemblée.  Puis, se fut Abby qui prit le micro :
« Je connais Tony depuis environ trois ans. Je l’ai toujours connu courrant après les filles. Il n’avait rien d’un homme qui était prés a s’engager. Mais Kate est arrivé, il y a environ un an et demi. Au début, je croyais que jamais ils ne pourraient s’entendre, ils se chamaillaient tout le temps et ne manquaient pas une… occasion d’enfoncer l’autre. Et je dois dire que je suis assez fière d’avoir poussé Kate a dîner avec lui. Ça ce serait fait a un moment ou un autre mais… nous ne serions sûrement pas là si Tony n’avait pas eu le courage de l’inviter ! Alors je leur souhaîte d’être heureux, car il le mérite ! Et, je veux être la marraine du bébé !!! »
quelques rires se firent entendre et elle passa le micro a McGuy.
« Euh… disons qu’après ce que Gibbs et Abby on dit, il ne reste pas grand chose. Alors je voulais dire que j’étais content pour eux, que je les félicitais et que je leur souhaitais tout le bonheur du monde ; et je suis heureux d’avoir des amis comme eux. »
Lui aussi fut applaudi, et Ducky fut le dernier a prendre la parole.
« Il ne reste plus grand chose a dire, alors je dis la même chose qu eles autres, et soyez heureux tous les deux ! »
Kate applaudit, une larme coula sur sa joue.
Ses amis, leurs amis, étaient vraiment géniaux, elle était contente de pouvoir compter sur eux…
 
Cela faisait a présent six mois que Kate était enceinte. C’était un jour de fin février, et ils avaient éy » appelé pour aller sur le terrain voir une scène de crime.
Kate était en train de prendre sa veste, lorsque trois hommes : Tony, Gibbs et McGuy se précipitèrent autour d’elle.
« Qu’est-ce que tu fais ? » demanda Gibbs.
« Je viens avec vous. » répondit la juen femme étonnée de cette assaut.
« Ah non, toi tu restes là. » lui dit Tony.
« Coment ça ??? »
« Et bien la police est déjà passé, il y aura des produits chimiques partout. » lui répondit McGuy.
« Mais je viens d’habitude ! » s’exclama Kate.
« Oui, mais d’habitude, nous sommes les premiers sur les lieux, et là, ce n’est pas le cas. » lui rappela Tony.
« Je suis désolé Kate, mais il faut que tu restes là, les femmes enceintes sont interdites d’accés. » s’excusa McGuy.
« Promis, on te ramènera un souvenir ! » lui dit Tony en l’embrassant rapidement sur les lèvres.
Puis, ils partirent, laissant une Kate désespérée derrière eux.

C’était le 29 Mai, et leur bébé devait arrivé ce jour même. Ils n’avaient pas voulu savoir s’il s’agissait d’une fille ou d’un garçon, la surprise était ce qu’ils avaient choisis.
Kate se trouvait énorme. Mais son mari essayit tant bein que mal de lui convaincre le contraire.
Elle en avait marre. La chaleur était présente. Et elle l’étouffait, tout ce qu’elle voulait, s’était accoucher une bonne fois pour toute et en finir.
Elle faisai le point sur osn histoire avec Tony, alors que ce dernier était a nouveau parti surle terrain avec le reste de l’équipe.
Au début de sa grossesse, elle n’avait que des doutes, car ce bébé n’était pas désiré, et elle n’était pas vraiment préparée a son arrivée.
Mais maintenant, il n’y avait plus aucun doutes ; elle aimait Tony par dessus tout, et leur bébé faisait leur bonheur, et il allait bientôt naître, cela les comblerait sûrement.
Oui, c’était sûr, tout se passerait bien, elle en était sûre. Elle avait confiance en l’avenir, confiance en la vie, en Tony.
En eux.
Elle sourit.
Tout était absolument parfait.
 

C’était vers la fin de l’après midi. Ils étaient tous les quatre : Kate, Gibbs, Tony et McGuy, alignés devant l’écran géant de la salle de conférence.
Ils étaient félicités par la secrétaire d’état a la défence elle même, pour la réussite et l’efficacité de leur dernière affaire a la quelle même Kate avait participée.
« Vous avez tous fait preuve d’un excellant travail. Vous avez fait preuve d’initiative, d’efficacité, de rigueur et de réussite dans cette affaire. Cela faisait plusieurs année que Mendes étai dans la nature, et vous l’avez arrêté, mettant fin a ses dix dernières années de victimes. Maintenant qu’il est… »
Kate écoutait attentivement le discours de la femme affichée sur le grand écran.
Enfin jusqu’à cet instant.
Elle sentit quelque chose d’étrange et réalisa soudain.
Elle regada tout autour d’elle, tout le monde était captivé pa le discours de la secrétaire d’état. Elle se dirigea alors vers Tony et murmura a son oreille :
« Je suis en train de perdre les eaux. »
« Quelque chose ne va pas agent Dinozzo ? » demanda la secrétaire.
« Nous sommes désolés, Madame la secrétaire » commença Tony. « Mais nous devons nous absenter. »
« Que se passe-t-il ? »
« Je vais avoir mon bébé. » répondit Kate.
 

Ils arrivèrent a l’hôpital quelques minutes plus tard. Les contractions de Kate avaient commencées et étaient de plus en plus rapprochées et douloureuses.
Une infirmière mit Kate dans un fauteuil roulant, et les amena tous les deux dans une chambre, pour attendre un médecin.
Ce dernier était le Docteur Frasier. Elle arriva, les salua et examina Kate.
« Nous deons encore attendre un peu, vous n’êtes qu’a 7 cm. »
« Pourtant, les contractions sont très proches. » lui dit Tony.
« Je sais, mais nous devons attendre encore, je suis désolée. »
 
une heure plus tard, Kate fut amenée en sallle de travail. La douleur lui tiraillait le ventre, battant dans ses tempes. Elle savait Tony prés d’elle, mais ses paroles ne l’aidaient pas.
Ils arrivèrent en salle de travail. Le docteur fit des branchements, puis, elle la prépara.
Quelques secondes plus tard, Kate poussait pour la première fois, et cela fut si éprouvant qu’elle crut qu’elle n’y arriverait pas.
« Prochaine contraction dans 3, 2, allez y poussez ! »
Elle y mit toutes ses forces. Tony avait sa main dans la sienne et était prés d’elle.
« Tu vas y arriver ma Katie, tout va bien aller, tu es forte… si je pouvais le faire a ta place… »
« Je sais Tony… » lui répondit Kate.
« Poussez maintenant : » lui dit le Docteur.
Kate poussa une nouvelle fois, et ses forces l’abandonnnèrent. C’est alors que dans le brouillard de sa douleur, elle entendit les pleurs d’un bébé.
Elle sourit, ça y est, il ou elle était né. Elle sentit un immense sentiment de soulagement et de boheur s’emparer d’elle.
« Mon Dieu, regarde ! » s’écria Tony.
« Mes félicitations, vous avez une très belle petite fille. »
« Une fille ? » demanda Kate.
« Oui une fille ma chérie. » répondit Tony.
« Elle est minuscule » dit Kate en souriant.
La Docteur Frasier l’emmaillota et la donna a sa mère.
« Bonjour toi. » dit Tony en lui donnant son doigt.
Kate était tellement heureuse… jamais elle n’aurait cru pouvoir ressentir autant de bonheur en un seul instant.
Elle regardait sa fille, la trouvait si belle, mais si vulnérable. Elle sut alors qu’elle la protègerait toujours, qu’elle ferait son bonheur et sa fierté, quoi qu’elle ferait.
Elle leva les yeux vers Tony, et ils échangèrent un regard, puis un baiser.
 
Deux jours plus tard, une fête avait été donné en l’honneur de leur fille. Il y avait une banderole avec marqué « Bienvenue a toi Eliza. » c’était le nom qu’ils avaient choisi. Kate s’était remise, elle avait été épuisée, mais tout allait mieux maintenant.
Il y avait pleins d emonde. Kate et Tony restaient toujours prés d’Eliza, ne la quittant jamais jouant les mamann et les papa poule avec elle.
Kate ne cessait de se réjouir de la venue au monde de leur fille.
Les parrains et marraines furent Gibbs et Abby. Ils avaient tous les deux été ravis. McGuy lui était complèrement gaga devant Eliza, Ducky la complimentait elle et sa mère.
Kate était heureuse, et Tony aussi, tout était parfait, et maintenant, tout le serait toujours. Car leur fille faisait leur bonheur, c’était leur nouvelle raison de vivre, et toutes les craintes qu’ils avaient pu avoir n’étai plus quun vilain souvenir.
Car ce qui avait changé leur vie, c’était Eliza Vanessa Dinozzo, née un jour béni de 29 Mai.

FIN

A suivre dans « Innocence » mais qui ne viendra pas tout de suite.
Voilà tu as vous ma Manonounette ? Et ausis une ptit réféence a une personne que j’aime beaucoup pour le deux_ème prénom d’Eliza, qui est elle même (le prénom) une référence a une personne que j’aime beaucoup et  que je remercie.
Merci a tous et a bient^ot
Samara
Alias Katie.