arcadia

Blog de Arcadia

S'abonner à ce blog

L’hyperémotivité apparaît au fur et à mesure qu’une personne avance dans sa vie, c’est une construction progressive. Elle est généralement détectée très jeune, on trouve alors l’enfant trop introverti ou au contraire extraverti, ou colérique. Mais elle peut aussi apparaître suite à un événement traumatisant/choc émotionnel. Quand nos émotions nous dépassent, tout peut devenir compliqué…
Il nous arrive à tous d’être submergé de temps à autre par nos émotions, mais pour les hyperémotifs ces vagues d’émotions sont permanentes. Comment savoir si je suis hyperémotif ? Et peut-on apprivoiser ses émotions ?

Comment savoir si je suis hyperémotif ?


Certains traits de caractères sont typiques des hyperémotifs comme la timidité, l’anxiété et une grande sensibilité. D’ailleurs l’hyperémotivité est souvent confondue avec l’hypersensibilité. Comment reconnaître alors l’hyperémotivité ? Il faut savoir que si ce n’est pas la même chose, l’hyperémotivité et l’hypersensibilité vont toujours de paire. Je m’explique : l’hyperémotivité met la personne dans un état psychologique et spirituel bien plus élevé que la majorité des autres personnes. Ainsi quand vous parlez à cette personne, elle ressent vos émotions et est capable d’avoir une double écoute de votre discussion, en comprenant également votre dialogue intérieur.
Aussi, l’hyperémotivité n’est pas une maladie mais un caractère spécifique à chacun. C’est une sensibilité accrue aux émotions, les personnes agissent souvent excessivement et de manière inadaptée à une situation/ événement. Les émotions de la personne se manifestent de façon intense : la joie, la colère ou encore la tristesse s’expriment de façon exagérée par rapport à la situation vécue. Au delà du ressenti, les manifestations d’ordre physique sont aussi très visibles, avec des rougeurs, pleurs, des mains moites ou des diarrhées.
pe
Ça se traduit comment dans la vie de tous les jours ? Lors d’une réprimande légère au travail, bon nombre de personnes vont vite se vexer et passer à autre chose, ce n’est pas le cas des hyperémotifs qui vont prendre très mal la chose et en souffrir.
Il faut d’ailleurs savoir que l’hyperémotif est généralement capable de se rendre compte que sa réaction émotionnelle est disproportionnée par rapport à la situation.

Le symptômes caractéristiques de l’hyperémotivité


L’hyperémotivité est une caractéristique qui s’interprète dans un cadre large, c’est la personne dans sa globalité que le spécialiste se doit de regarder pour savoir si la personne est hyperémotive ou non.
Certains symptômes sont caractéristiques de l’hyperémotivité, si vous êtes hyperémotif vous vous reconnaîtrez dans ce portrait :
  • une difficulté à gérer ses émotions ;
  • une tendance à la victimisation ;
  • des difficultés relationnelles ;
  • une peur de l’abandon ;
  • des troubles de la personnalité légers (irritabilité, sautes d’humeur, etc.).

L’hyperémotivité n’est cependant pas toujours mal vécue par la personne… et elle peut être plus ou moins importante selon le sujet. Ce trait de personnalité qui peut sembler atroce, vous pouvez aussi en faire une force, et certains y arrivent très bien.
po

Que faire si je ne supporte plus mon hyperémotivité ?


La thérapie interpersonnelle (TIP) ou la thérapie comportementale et cognitive (TCC) sont indiquées. Pour cela, un diagnostic doit être posé avant de suivre toute thérapie. S’exprimer pleinement face à un spécialiste va permettre de vous aider à comprendre ce que vous vivez intérieurement.
Un hyperémotif peut apprendre à canaliser ses émotions pour prendre possession de toutes ses capacités. L’important est d’apprendre à gérer ses émotions, de prendre du recul face à ses pensées pour arriver à une certaine sérénité. Vous serez alors plus à même de contrôler votre vie et d’atteindre les objectifs que vous vous fixez.
Et vous, comment vivez-vous votre hyperémotivité au jour le jour ?
Voici une vidéo de ma production sommaire sur l’hyperémotivité et l’hypersensibilité :
Et une autre vidéo faite par un professionnel psychothérapeute et coach :

La dépression amoureuse


La dépression amoureuse est souvent causé par la séparation d’un couple, plus fortement si le couple est de longue date, et est ressentie par soit par la personne la plus investie lors de la relation interrompue, soit par la personne qui se fait « larguer » en quelques sortes.
La situation psychologique de la personne victime d’une dépression amoureuse approche d’un laisser-aller mental et physique ou une suractivité sentimentale due à un manque à combler que la victime comble mal parfois. Les traits caractéristiques du comportement d’un dépressif amoureux sont d’ordre du désintéressement affectif et d’une envie mitigé ou inexistante.

Quelques conseils :


La dépression amoureuse conduit la personne à se renfermer sur elle-même et à garder tout pour elle, la victime réévalue son image de soi à partir de la relation qu’elle avait ainsi que du point de vue que son ex-conjoint tenait d’elle selon un point de vue estimé.
Cette réévaluation peut donner un résultat péjoratif de soi-même et créer un profond abaissement physique. Afin d’éviter ce genre d’effet de la dépression amoureuse, il vous est conseillé de :
  • Sortir

Prendre l’air et vous promener en extérieur, dans un parc ou ailleurs afin de vous changer les idées ou pratiquant une activité qui vous occupe l’esprit durant votre marche peut vous faire …
  • Oublier

Oublier sa relation avec son ex-conjoint, ou plutôt, oublier cette personne de façon à ce qu’elle ne vous rappelle plus votre relation passée qui ne fera qu’empirer votre dépression amoureuse.
  • Se faire plaisir

Prendre du bon temps, sortir et s’acheter quelques objets réconfortants peut vous permettre d’oublier et de sortir, sans aller dans les achats excessifs.

Les choses à ne pas faire


La réaction automatique que les dépressifs amoureux ont lors de leurs dépression est de se faire TROP plaisir et de se réfugier dans les aliments, une glace au chocolat de temps-en-temps peut être positif mais allez-y doucement ou vous risquez de prendre du poids ce qui peut faire baisser votre image de vous-même encore plus et vous abaisser encore plus dans votre jugement et accentuer votre dépression.
Tenter un contact avec votre ex-conjoint peut également vous amener à l’accentuation de votre dépression, cette situation ne peut, dans la plupart des cas, que vous faire prendre une seconde déception amoureuse par votre ex-conjoint.
Se renfermer sur soi-même et croire que parce que votre relation est terminée, cela fait de vous une personne qui ne mérite pas l’attention d’autrui ou vous rend inintéressante. C’était tout simplement que vous n’étiez pas vous l’un pour l’autre.